Stoul

Oru Tram

Impression sur béton

24 x 30 cm

2016

Prix : 430 €

Horizontales, verticales, diagonales,

Stoul, née en 1981, s’est fait connaître dès ses vingt ans pour ses personnages aux visages de chats. Elle a très vite fait évoluer son art et développé son style, quittant progressivement le figuratif pour aller vers une géométrie semi abstraite très personnelle. Elle est aujourd’hui reconnue comme une artiste complète, identifiable au premier coup d’œil.

Sur murs, grandes fresques et dans son atelier, elle manie les lignes, les angles et la palette chromatique. Elle tord, malaxe, décompose la base figurative utilisée à la genèse du visuel et arrive au final à nous proposer une lecture libre à plusieurs entrées : plus on observe ses œuvres, plus on y découvre des angles de vue, des détails, des scénettes. Ainsi les œuvres interagissent différemment avec chaque personne, chacun pouvant y développer sa propre vision.

Stoul s’inspire de l’Asie, mais sa fascination pour l’architecture transparait très largement dans son travail. Ainsi sa série Oru fait directement référence à l’art de l’origami, mais c’est aussi et peut-être surtout l’acronyme de « Opération de renouvellement urbain ». Les transformations profondes de la cité dont elle est le témoin se retrouvent dans son traitement des lignes, des angles et dans le rendu général de ses œuvres.

Elle est aussi une artiste qui s’implique dans les causes qui lui tiennent à cœur, en particulier l’égalité des genres et les actions socio-culturelles. Sa performance de peinture au sol pour la Nuit des Relais au Grand Palais ou la réalisation d’une grande fresque de 5 mètres sur 30 rue Daviel dans le 13e arrondissement de Paris, réalisée en 2019 avec des jeunes femmes du quartier, en sont des manifestations marquantes. Son engagement éco-responsable se traduit au quotidien dans le choix des matériaux qu’elle utilise.

Ancienne élève de l’Ecole Boulle, elle aime remettre perpétuellement son travail en cause et n’hésite pas à surprendre son public à chaque nouveau cycle de sa créativité artistique. Elle passe ainsi avec talent de la 2D à la 3D avec ses installations de mobiles blancs présentés à la Cité Refuge (Bâtiment Le Corbusier de l’Armée du salut) à Paris 13e fin 2019.

Stoul collabore avec de nombreuses municipalités institutions et entreprises, tant sur des projets privés que ouverts au public comme l’entrée du parking des Palais des Congrès au Mans en 2019. Ainsi elle a fait partie en 2018 des trois artistes sélectionnés par la Caisse d’Epargne pour illustrer les cartes de paiement éditées en série limitée à l’occasion de son bicentenaire.

Parmi ses réalisations majeures, citons sa majestueuse fresque à Villars-Fontaine, dans le cadre du festival Street-art on the Roc en 2016, ses fresques de 850m2 dans le parking des Dunes Société Générale à Fontenay-sous-bois, son « Totem » culminant à 34 mètres de haut peint sur la tour du CISP à Paris 12e en 2017 ou encore « Les trois singes de la sagesse » réalisés sur un immeuble de la ville de Chauny en 2018 ou encore fin 2020 la décoration de l’ensemble intérieur et extérieur de l’Hôtel Ibis style Paris Maine Montparnasse dans le 14e arrondissement, quartier où Stoul a grandi de 1986 à 2001.